Menu

INTERVIEW : Paul van Dyk (Avril 2019)

 


Interview réalisée par notre partenaire "Radio FG" dans l'Happy Hour d'Antoine Baduel
le 4 avril 2019
www.radiofg.com

 

Antoine Baduel (Radio FG) : Ce soir j'ai le plaisir de recevoir Paul van Dyk ! A lui seul il fait le tour du globe des dizaines de fois par an. Paul van Dyk c'est neuf albums, des millions d'exemplaires vendus mais surtout un son, la Trance, qu'il soutient avec son label Vandit, avec brio d'ailleurs depuis près de trente ans. Paul van Dyk est à Paris, la première fois depuis 5 ans pour promouvoir son nouvel album "Music Rescues Me". Ce soir c'est mon invité de l'Happy Hour. Paul van Dyk, bonsoir, guter Abend, bienvenue. Je suis d'autant plus ravi de te revoir Paul que la dernière fois que tu es venu ici c'était pour la soirée FG au Grand Palais il y a cinq ans. Que de bons souvenirs non ?

Paul van Dyk : Merci beaucoup. C'était phénoménal ! D'abord l'organisation, vos équipes ont tout fait pour être très amical avec moi donc c'était incroyable. Sans oublier le lieu qui est lui-même très spécial. C'est d'ailleurs toujours très spécial de venir jouer à Paris donc j'en garde vraiment de très bons souvenirs.

 

Antoine Baduel (Radio FG) : Cette fois tu viens te produire au YOYO - Palais de Tokyo, toujours à Paris, pour présenter ton nouvel album "Music Rescues Me". C'est un album à la saveur particulière. Est-ce que tu dirais que c'est aussi l'album le plus personnel que tu aies produit ?

Paul van Dyk : Tu sais, j'ai eu cet accident il y a trois ans et depuis j'ai déjà produit deux albums. Je dirais plutôt que beaucoup de choses ont changé depuis. Tout d'abord ma relation à la musique. Je me suis rapproché d'elle en quelque sorte dans le sens où en studio maintenant je ne fais plus aucun compromis, je produis réellement 100% de ce que je veux faire. Pour cet album évidemment le titre en dit déjà long, "la musique m'a sauvé". Il décrit surtout ce que la musique représente pour moi et ce que j'ai envie d'exprimer à travers elle.

 

Antoine Baduel (Radio FG) : Il faut rappeler que ta carrière est riche en releases, en soirées, en festivals... Elle est aussi marquée par une chute lors du festival A State Of Trance qui a failli te coûter la vie (hémorragie, colonne vertébrale brisée...). Cette cassure dans ton corps, comme dans ta carrière, est-ce que c'est ça justement précisément que tu voulais raconter dans cet album ?

Paul van Dyk : Oh honnêtement, je ne sais pas. C'est peut-être une cause indirecte, c'est vrai. Ce que je sais au fond de moi en revanche, c'est que je n'ai pas la même énergie qu'auparavant. Je sais aussi la fragilité des choses et donc que l'on doit se concentrer sur les choses vraiment importantes dans la vie. Et je pense que c'est plus ça finalement que l'on entend dans cet album.

 

Antoine Baduel (Radio FG) : Musicalement on te sait un ardent défenseur de la Trance, l'un des porte-drapeaux dans le monde. Qu'en est-il de cet album ? Est-ce qu'il est plus rythmé, plus acharné que d'habitude, comme pour souligner aussi ton envie de vivre ?

Paul van Dyk : Pour moi les musiques électroniques en général, la Trance en particulier, ont toujours été des musiques très énergiques et dynamiques. Pour la Trance, il y a aussi le travail de la mélodie, des structures du son, et c'est ça qui capture mon intérêt depuis tant d'années. C'est ce que je fais, ce qui m'importe, ce qui m'est cher. Du coup je me vois comme un artiste particulièrement chanceux parce que je fais ce que j'aime faire. Et ça les gens semblent l'aimer aussi.

 

Antoine Baduel (Radio FG) : Un album comme celui-là, il est aussi fait à destination de tes fans qui se sont beaucoup inquiétés pour ta santé. Est-ce que tu as été surpris de les voir à ce point auprès de toi, de recevoir tous ces messages de soutien ? Et en somme, est-ce que "Music Rescues Me" c'est aussi est un album de remerciement ?

Paul van Dyk : Oui je crois en effet que tous les morceaux que je produis depuis cet accident sont en fait des remerciements à la vie en général, aux gens en particulier bien sûr. C'est vrai que j'ai été touché, marqué par les messages que j'ai reçus dans ces moments si difficiles pour moi. Je garde ça vraiment en tête tout le temps et en quelque sort je garde aussi l'idée de faire le mieux possible quand je fais de la musique. Tout ça c'est essentiel pour moi. Et d'être ne serait-ce qu'en dessous de 100% et bien ce n'est pas ma façon de faire.

 

Antoine Baduel (Radio FG) : Toi qui navigue au sein de la scène Trance depuis trente ans pratiquement, comment tu l'observes aujourd'hui ? Est-ce que tu es fier de voir tous ces jeunes talents reprendre le flambeau, produire d'ailleurs autour de ton nom comme si tu étais aujourd'hui leur référence musicale ?

Paul van Dyk : Oh tu sais, je n'ai pas besoin d'être une référence. Pour moi, comme je te l'ai dit, l'essentiel est la qualité de la musique que je produis. Et en grand fan de cette musique, je te dirai tout simplement que les trois années écoulées ont été véritablement géniales parce qu'on a vu arriver tellement de nouveaux dj's, de nouveaux talents, des producteurs... Tous les jours ils font des choses très inspirantes d'ailleurs. Où que tu sois, sur ta radio, sur votre radio, sur les plateformes, tu peux véritablement découvrir de nouvelles choses. Je trouve ça vraiment très excitant et en même temps je suis assez fier de participer à tout ça.

 

Antoine Baduel (Radio FG) : Merci Paul van Dyk ! Vielen dank ! A très bientôt ! La légende Paul van Dyk, un ami de longue date de Radio FG, vient de sortir son album "Music Rescues Me", comme un message après son accident. Un message qui nous dit qu'il reste dans tous les cas le maître incontesté de la scène Trance !

Paul van Dyk : Merci beaucoup !

 

Retrouvez cette interview en Podcast sur le site de Radio FG

______________________________________________ 

REJOINS L'EQUIPE ET LA COMMUNAUTE SUR NOTRE PAGE FACEBOOK

 

Commentaires